Baptiste Fillon

Site de Baptiste Fillon, écrivain

Le site de Baptiste Fillon, auteur du roman Après l'équateur, publié chez Gallimard, dans la collection Blanche.

Porto - 1/2

Quelle idiotie de faire de Porto une avancée de l’Ecosse au Portugal. Va pour la brume, le ciel d’un bleu troublé, plus océanique que méditerranéen, mais le soleil cogne, comme dans le sud de l’Italie, le linge dévale sur les façades, et ça parle devant les portes, comme en Espagne ou au Maghreb.

Avec ses pentes qui tombent raides, Porto rend impatient. On l’embrasse d’un coup d’œil, depuis un belvédère trouvé au hasard, et il suffirait de se jeter dix mètres plus loin, dans le vide, pour franchir les quais, les vieux quartiers de la Ribeira et de Miragaia, enfoncées sous le niveau du Douro, et atteindre Vila Nova da Gaia, sur l’autre rive du fleuve, ou le pont Dom-Luís, issu de l’époque d’Eiffel, quand le futur était les dentelles de fer néogothiques.

Il faut de l’abnégation pour trouver Porto, resserrée, indolente, enfiler ses ruelles, ses passages noirs, lasurés de crasse, et ses façades jaune d’or, qui font croire que vous voilà parvenu sur la place minuscule d’un village de pêcheurs, où la mer ne vient plus.

Les églises portuenses brûlent de l’intérieur. Je pense à São Francisco et à Santa Clara, taillées dans une pierre romane, grise, dévorée par un décor baroque en bois sculpté, pian précieux, bourgeonnant d’angelots, de feuilles bronzées et de colonnades goitreuses.

Au marché du Bolhão, on fait les courses du jour sous des arcades décaties, soutenues par des échafaudages, dans les odeurs de cannelle, de café, de viande, de fleurs et de poisson frais, parmi l’agitation tranquille, routinière. Le vent agite les draps accrochés par les vendeuses de légumes pour préserver leur marchandise du soleil, tels des fantômes se jetant dans le vide.