Baptiste Fillon

Site de Baptiste Fillon, écrivain

Le site de Baptiste Fillon, auteur du roman Après l'équateur, publié chez Gallimard, dans la collection Blanche.

Je n'ai pas voté dimanche

Et je dois l’avouer, je me sens con. Comme beaucoup d’autres, j’imagine.

Autrefois repère de nostalgiques de l’Occupation et de l’Algérie française, l’extrême droite conquiert. Sans autre consistance que l’opposition systématique, la paresse intellectuelle, la peur, le racisme, un opportunisme sans vergogne, agrémentés d’un goût certain pour la provocation, l’attaque ad hominem et la répartie inconséquente. On voit que cette buée politique s’arroge une part grandissante de l’électorat, déçu par l’incurie des politiciens et le manque de représentativité d’institutions républicaines, tenues par les notables et les professionnels de la chose publique.

Pour la plupart des Français, l’Europe sert à ouvrir les frontières, s’éviter de changer des francs en pesetas, et produire des traités régissant un marché fondé sur la libre-circulation des biens et des personnes. Parfois, on sait aussi l’Europe pourvoyeuse d’aides agricoles, de subventions, et partisane du contrôle du déficit, salutaire pour les uns, frein à la croissance pour d’autres. L’Europe, ce sont également des lois, instaurées dans les pays via des directives nées au sein de cabinet de commissaires non élus par le peuple. En dehors de l'économie, difficile d'y déceler un projet commun et totalement démocratique.

Hier soir, une éditorialiste résumait bien la position officielle de nos « élites » quand elle expliquait en ricanant que ce scrutin ne servait à rien : d'après elle, les votes d'extrême droite se noient dans la droite conservatrice, Juncker a de grandes chances d’être choisi, et de toute façon, l’Europe est faite en petit comité, par les chefs d’Etat, les Commissaires et les Ministres des Finances des pays membres, en témoigne le traité de Lisbonne. La routine. En résumé, les électeurs ont piqué leur colère, grand bien leur fasse, aurait-elle pu conclure. Plus cabotins, main sur le cœur, les politiques nous ont joué la ritournelle de l’indignation et de la gravité. A ce numéro, mention spéciale à Copé agitant ses casseroles. Quant aux intellectuels, ils prendront à témoin la morale et l’histoire ; ce dont tout le monde se fout. Les scrupules et le passé sont malheureusement démodés.

Rien ne va changer.

Le FN est une maladie infantile de la démocratie, une résultante. Il ne porte aucun élan, aucun enthousiasme. Du fascisme, il reprend la fable de la pureté nationale, du populisme, la haine de la dissension. Refusant la complexité et la temporalité de l’action politique, il produit des solutions miraculeuses, issues d’un soi-disant bon sens que la communauté nationale serait censée partager. Une manière de génération spontanée, issue de « vrais » Français. C’est un vote adolescent, du tout immédiat, du fait divers. De la réaction, à tous les sens du terme. C’est aussi et surtout le symptôme d’une immense misère, économique, sociale et intellectuelle.

Le statu quo actuel prévaudra jusqu'au renouveau de la politique, ou bien jusqu’à ce qu’une majorité de gens ne craigne plus de sacrifier leur confort à un changement radical. Si ce bouleversement se produisait, il déchaînerait une guerre de tous contre tous.

Mais j’écris ça alors que je n’ai pas voté.

Et oui, je regrette de m’être abstenu, comme je déplore cette situation faisant que je ne voterai non plus pour un candidat, ni une idée, mais contre une personnalité et sa clique.