Baptiste Fillon

Site de Baptiste Fillon, écrivain

Le site de Baptiste Fillon, auteur du roman Après l'équateur, publié chez Gallimard, dans la collection Blanche.

Rose, côte de granit

Dans ce décor où, en fin de semaine, les vieux beaux s’esbaudissent, à coups de course à pied, thalassothérapie, restaurants, et pilotage de 4x4, il faudrait imaginer un monde disparu, où chaque activité se voulait vivrière, où l’on contemplait avec une fascination indifférente et blessée l’amoncellement de pierres roses, cascade de muscles, polis d'un filtre verdâtre.

La lande roule des odeurs de figuiers, sûrement celle des ajoncs, soulignés d’un liseré roux, à leur base, comme greffés dans une manipulation violente, aujourd’hui cicatrisée. Elle forme un tapis dru, de mousse piquante et abrasive, laissant le pied en suspension, treillage assez dense pour porter un homme au-dessus du sol.

Pays d’anciens pauvres, comme la Corse, de paysans et de pêcheurs, superstitieux, analphabètes, où l’on jouait encore les mystères médiévaux au début du XXe siècle ; lieu de souffrance devenu lieu de plaisance et de villégiature, qui mérite bien mieux que le folklore du pauvre dont on le surcharge, avec ces figurines  "Heroic Fantasy" et "New Age" sorties des usines chinoises, elfes, fées, lutins, au physique de meurtriers ou de langoureuses érotiques.

Comprendre ce que les peintres recherchaient dans cette composition naturelle, du sable ocre, renvoyant une lueur rentrée, baignant les formations pierreuses d’une lueur noire, formant une dépression entre la mer et l’horizon.

Avant d’arriver à la mer, on surprend le gouffre bleu, une dentelle qui va et vient, rebondit sur le rivage, roulant puis se déroulant, dans une brouille d’écume, sur les fonds tachetés d’azur aux nuances diverses de profondeur et de clarté.

Les baies forment des cimetières immergés ; les ouvrages décapités subsistent à l’état de moignons sucés par la mer. Les rochers sont des géants qui se couchent, imitant le premier d’entre eux, avachi là, à l’issue d’infinies traversées, sur des continents déserts, espérant la lustration du soleil, échapper à la houle, dans des bras grumeleux, embrassant des digues naturelles vernies d’algues.

Cela pourrait être le soir ou le matin, le signe que l'on se déshabitue du monde. Mer opalescente et visqueuse comme la glace qui fond.  Plus on s'avance plus s’éloignent les nuages qui gisent dans l'estran.